UNESCO partners with Canal France International to support media’s role in democratic transition

UNESCO and Canal France International (CFI) have signed an agreement to work together in Cote d’Ivoire, Myanmar, Libya, Liberia and Palestine to support the media’s role in democracy, development and dialogue.

CFI, the development arm of France’s public television broadcaster France Télévision, and UNESCO have agreed to cooperate in media development programmes in countries in transition or those affected by conflict. The agreement reflects both organizations’ commitment to freedom of expression and democracy.

According to the partnership, CFI will provide 312,000 Euros to fund a wide range of projects for UNESCO to implement in cooperation with national authorities and local partners. CFI will also provide French experts to work on projects locally. The programmes’ goal is to stimulate the creation of an environment that allows for freedom of expression, by developing legislation and self-regulatory professional mechanisms for both media and social communication platforms.

Projects will focus on sharing expertise with legislators, supporting media development and training for journalists, including programmes on election reporting.

The agreement signals the following projects to be implemented over 18 months, ending in June 2013:

Cote d’Ivoire: workshops on press freedom and the safety of journalists; training in conflict sensitive, gender responsive reporting and investigative journalism; an analysis of the nation’s media landscape using UNESCO’s tool on basic media needs is also planned.

Myanmar: UNESCO will offer technical advice on establishing regulatory and legal framework for the media that meets international standards and best practices, as requested by the government of Myanmar; a national seminar on “the role of media / freedom of expression and information in the democratic setting” will be held in the country on World Press Freedom Day, 3 May, 2012.

Libya: UNESCO is to provide assistance in establishing a media regulatory system ahead of the upcoming elections; help organize activities for World Press Freedom Day, 3 May 2012.

Liberia: assist the Liberia Broadcasting System (LBS) in re-establishing television services; support the authorities in establishing internationally recognized standards on public broadcasting and changing the state media into editorially independent public broadcasting services; provide support for the celebration of World Press Freedom Day, 3 May 2012, in Monrovia.

Palestine: journalists will be trained on conflict sensitive reporting, including safety issues and electoral coverage; help monitor media coverage of elections scheduled to take place in May 2012; facilitate sharing of views and experiences between Palestinian journalists and bloggers on the occasion of World Press Freedom Day 2012 will also be supported.

Media Contact: Sylvie Coudray, s.coudray(at)unesco.org +33 (0)1 45 68 42 12

More about UNESCO media support in conflict and post conflict situations: http://www.unesco.org/new/en/communication-and-information/crosscutting-priorities/post-conflict-and-post-disaster-responses/

More about CFI: http://en.cfi.fr/

Publié dans Démocratie | Laisser un commentaire

ESCWA Opens Reform and Transition to Democracy Meeting

UN Secretary General Ban Ki-moon called on those who believe in a future of freedom and dignity to come together and help people of the region and their leaders to write the next chapters. He said that from the very beginning of these revolutions, from Tunisia through Egypt and beyond, he has called on leaders to listen to their people, a call that some heeded and benefitted while others did not, and today are facing the storm. « I say again to President Assad of Syria: Stop the violence. Stop killing your own people. The path of repression is a dead end, » he demanded. Ban also called for an end of Israeli occupation of Arab and Palestinian territories and of violence against civilians. He asserted that settlements, new and old, are illegal and they work against the emergence of a viable Palestinian State. This came in a statement Ban delivered at the opening session of ESCWA’s high-level meeting on “Reform and Transitions to Democracy.” Ban, UN Under-Secretary General and ESCWA Executive Secretary Rima Khalaf, and Lebanese Prime Minister Najib Miqati today opened the meeting in the presence of ministers, parliamentarians, heads and members of the diplomatic corps, dignitaries and media representatives.
Ban said democracy is not easy. It takes time and effort to build. It does not come with one or two elections. He added that there are four prerequisites for success: reform must be real, inclusive dialogue is crucial, women must be at the centre of the region’s future, and we must heed voices of the youth. “People do not seek authoritarianism with a human face. People want meaningful changes in security services and armed forces. These should serve the people, not keep them down,” said Ban. He stressed that diversity is strength, and that we must oppose those who exploit ethnic or social differences for political gain. The UN chief highlighted the importance of protecting women from violence, intimidation and abuse, because this, too, is a fundamental matter of human dignity and equality. “Arab countries need to create 50 million jobs within the next decade to absorb young entrants to the workforce. This profound demographic pressure drove the Arab Spring. Faced with bleak prospects and unresponsive governments, young Arabs acted on their own to reclaim their future,” Ban said. He concluded by pointing out the United Nations’ responsibility to update its approach to the region, saying that its Arab Human Development Reports broke new ground in frankly diagnosing the region’s problems -deficits in democracy, knowledge, women’s empowerment and human security. But those reports were not fully integrated into our work.
The UN Under-Secretary-General and Executive Secretary of ESCWA Rima Khalaf stated that “Spring, awakening, renaissance, revolution” have all been used to describe the popular uprisings ignited in Sidi Bouzid in Tunisia a year ago. Since then, millions of people in the Arab world, young and old, men and women, have flooded the streets chanting “the people want”. She said there were different views on prospects for this new era. Some observers look at it with great hope, while others view it with pessimism. « The transition from tyranny to democracy is not an easy task. It requires comprehensive reform of State structures, » she added. Khalaf stressed that the bygone era was one of muzzled voices, sham promises, shattered hopes, despotism and corruption, and that conflicts, wars and occupations have proliferated in the region, of which the longest has been the Israeli occupation that continues undeterred and in violation of all rights and laws.
She said addressing legacies of the past and building national consensus were most important for the transitional period in order to avert a relapse into internal strife or the return to authoritarianism. Notwithstanding unclear prospects, muddled courses and multiplicity of obstacles, the ultimate target remains one: free nations; just, democratic regimes; respect for human rights, an end to marginalization, equal rights to all citizens enshrined in constitutions, she added.
Khalaf expressed hope that this high-level meeting would provide an opportunity for fruitful interactions between leaders from this region and their counterparts who have successfully led processes of democratic transformation. She finally said “this future may as yet seem distant, but peoples of this region are not less worthy, or less capable or less deserving than other peoples of the world. We, too, have a right to freedom, dignity and justice.
Lebanese Prime Minister Najib Mikati said the “Arab Spring” triggered great changes, the outcome of which rippled throughout the world, since this region plays strategic role in the development and safety of the world economy. From this perspective, the eyes of the world follow attentively events unfolding in it, while our people are looking for the fruits that such spring will bring and of which some might be take longer to deliver. He pointed out that the Lebanese Government has focused its priorities on good governance through administrative reform, transparency, and the development of a democratic system by launching a new electoral law. Our Government is determinate to undergo leading reform steps, he said. Mikati stressed that UN agencies were and will remain the primary resort for all people seeking peace, security, freedom, democracy and development.

Publié dans Démocratie | Laisser un commentaire

1er Anniversaire de la Révolution tunisienne-Déclaration de Mr. Ban Ki-moon, Secrétaire général des Nations Unies

Il y a un an, le monde a été inspiré par la volonté du peuple tunisien pour exiger la démocratie, la liberté et la dignité. Son courage a fait écho dans toute la région, et d’autres peuples, encouragés par les actions de leurs frères et soeurs tunisiens, ont trouvé, également, la force de faire entendre leurs aspirations légitimes.
L’année dernière, la Tunisie a fait de grands progrès; la tenue des élections pacifiques et ordonnées ont conduit à la création d’une Assemblée nationale constituante. J’espère que les progrès réalisés en Tunisie continueront à inspirer les peuples de la région et du monde.
Sachant  que la voie de la démocratie est longue et peut ne pas toujours être facile, l’Organisation des Nations Unies demeure engagée à aider toutes les nations vivant des transitions et à consolider leurs efforts pour répondre aux aspirations de leur peuple.

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Adhésion de la Tunisie au Fonds des Nations Unies pour la Démocratie

La Tunisie a adhéré au Fonds des Nations Unies pour la Démocratie (FNUD) pour la période 2012-2013, sur décision de M. Ban Ki-Moon, Secrétaire Général de l’Organisation des Nations Unies. Le Fonds regroupe uniquement six, dont la Tunis, les pays bailleurs du Fonds ainsi que des Représentants d’Organisations Non Gouvernementales et des Personnalités internationales indépendantes.
http://www.unictunis.org.tn/
Publié dans Démocratie | Laisser un commentaire

UNESCO and the Kingdom of the Netherlands agree to cooperate on the guidance of young girls in Tunisia in the process towards democracy

The ambassador of the Kingdom of the Netherlands, H.E. Mr Robert Zeldenrust, and UNESCO’s Representant for the Maghreb region and Director of UNESCO’s office in Rabat, Mr. Philippe Quéau, signed an agreement on 9 December 2011 for supporting a project with specific focus on young girls and the strengthening of their participation in consultation and decision making mechanisms, both at a national and a local level.

The project is managed by the Social and Human Sciences department of UNESCO with local national partners and aims at the reinforcement of citizenship and the participation of young people in the institutional reform process. UNESCO will organise trainings on democratic principles and human rights and will assist its partners to set up innovative participation and consultation mechanisms, closely involving young girls, via the schooling system, Internet and the communication channels (TV, Theaters, media, etc.). Young people and more specificaly young girls will effectively be stimulated and guided to participate in the decision making process at local level.

Publié dans Démocratie | Laisser un commentaire

UNESCO-TUNISIE: CYCLE D’APPRENTISSAGE DE LA DÉMOCRATIE POUR LES JEUNES EN TUNISIE

Le Kef, 16, 17 et 18 décembre 2011
L’UNESCO, avec l’appui de l’Ambassade des Pays-Bas en Tunisie, invite les jeunes filles et jeunes garçons de la ville du Kef à un cycle d’apprentissage de la démocratie et des droits humains (normes internationales et contexte tunisien).
Les discussions s’articuleront autour des thèmes suivants en valorisant les opportunités offertes aux jeunes des deux sexes:
-    Quels sont les éléments essentiels de la démocratie ?
-    Comment les jeunes peuvent contribuer au fonctionnement démocratique ?
-    Quelle est la portée de l’Assemblée nationale constituante tunisienne ?
-    Quels sont les défis de la transition démocratique, du point de vue des jeunes ?
Des exercices, des projections, des débats et des kits pédagogiques inédits permettront également aux participants d’enrichir leurs connaissances du sujet.

Publié dans Démocratie | Laisser un commentaire

TRIBUNE-L’impératif de Tunis: Droits de l’homme et développement dans le sillage du Printemps arabe

Par Navi Pillay, Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme

Il y a des moments dans l’histoire où chacun de nous est appelé à déclarer quelle est sa position. Je crois que nous vivons l’un de ces moments.

Au cours de l’année écoulée, à Tunis, au Caire, à Madrid, à New York et dans des centaines d’autres villes grandes et petites à travers le monde, la voix des gens ordinaires s’est élevée et leurs demandes se sont clairement exprimées. Ils veulent que les humains soient placés au centre de nos systèmes économiques et politiques, qu’une chance de participer véritablement aux affaires publiques leur soit donnée, que leur vie soit empreinte de dignité, à l’abri de la peur et du besoin.

Fait remarquable: l’étincelle qui a allumé l’incendie du Printemps arabe, destiné à s’étendre finalement à des villes du monde entier, a été l’acte désespéré d’un seul être humain qui, s’étant vu refuser maintes fois les ingrédients les plus élémentaires d’une vie digne, s’est immolé par le feu et, ce faisant, a déclaré qu’une vie amputée de la jouissance des droits de l’homme n’est pas une vie digne de ce nom. Mais les brindilles sèches de la répression, de la privation, de l’exclusion et de la violence s’étaient accumulées pendant des années, en Tunisie, dans toute la région et au-delà.

Les actions, les omissions, les excès et les abdications des gouvernements de la région furent certainement le facteur essentiel. Et les actions d’Etats puissants extérieurs à la région, étayant des régimes autoritaires et poursuivant des politiques destructrices dictées par leur intérêt égoïste qui encourageaient la répression, l’impunité, le conflit et l’exploitation économique, ont aussi joué un rôle capital.

Mais, au niveau international, les évaluations offertes par les institutions financières et les agences de développement dans la période antérieure au Printemps arabe sont aussi fort éclairantes: la Tunisie, a-t-on dit, enregistrait “des progrès remarquables: croissance dans l’équité, lutte contre la pauvreté, et de bons indicateurs sociaux”. Elle était “en bonne voie” d’atteindre les Objectifs du Millénaire pour le développement. Elle était “en nette avance sur les plans de la gouvernance, de l’efficacité, de l’état de droit, de la lutte contre la corruption et de la qualité de sa réglementation”. Elle était “l’une des sociétés les plus équitables” et “donnait l’exemple de la réforme”. Dans l’ensemble, nous assurait-on, “le modèle de développement que la Tunisie a suivi au cours des vingt dernières années a bien servi le pays”.

Pourtant, en même temps, l’ONU et les organes de contrôle des droits de l’homme au sein de la société civile peignaient un tableau de communautés exclues et marginalisées, d’outrages infligés, et du refus des droits économiques et sociaux. Nous entendions parler d’inégalité, de discrimination, de manque de participation, d’absence d’emplois décents, d’absence de droits des travailleurs, de répression politique, et du refus de la liberté de réunion, d’association et de parole. La censure, la torture, la détention arbitraire et l’absence d’un pouvoir judiciaire indépendant, voilà ce que nous constations. En somme, nous avons entendu parler de peur et de besoin. Pourtant, d’une manière quelconque, cet aspect de l’équation avait à peine place dans notre analyse du développement.

Ce n’est pas pour dire que l’analyse du développement était entièrement fausse, ou que les données étaient inexactes. Le problème tenait à ce que l’optique de l’analyse était souvent trop étroite et parfois nous faisait regarder la réalité sous le mauvais angle. Il est visible qu’elle n’était pas axée sur l’affranchissement de la peur et du besoin – du moins pas pour la majorité.

Au lieu de cela, elle se centrait trop étroitement sur la croissance, les marchés, et l’investissement privé, en prêtant relativement peu d’attention à l’égalité, et pratiquement aucune aux droits civils, politiques, économiques et sociaux. Même là où l’attention se portait sur les Objectifs du Millénaire pour le développement, elle n’offrait qu’une série très limité d’indicateurs économiques et sociaux, aucun n’étant fondé sur les droits et tous étant assortis de seuils quantitatifs très bas, aucun ne garantissant de processus participatifs ni ne comportant de responsabilité légale.

Pour l’essentiel, les analystes ne donnaient pas de réponses fausses, ils se limitaient à ne jamais poser beaucoup des questions les plus importantes.

Et cette myopie politique s’est répétée dans des pays du nord et du sud, où les dirigeants semblent avoir oublié que les soins de santé, l’éducation, le logement et une administration équitable de la justice ne sont pas des marchandises à vendre à un petit nombre, mais plutôt des droits auxquels tous peuvent prétendre sans discrimination. Tout ce que nous faisons au nom de la politique économique ou du développement doit être conçu pour promouvoir ces droits et, à tout le moins, ne doit rien faire pour en compromettre la réalisation.

Quand la Déclaration universelle des droits de l’homme a été adoptée le 10 décembre 1948, ses auteurs ont averti qu’ “il est essentiel que les droits de l’homme soient protégés par un régime de droit pour que l’homme ne soit pas contraint, en suprême recours,  à la révolte contre la tyrannie et l’oppression”. La Déclaration a énoncé les droits nécessaires à une vie menée dans la dignité, à l’abri de la peur et du besoin — depuis les soins de santé, l’éducation et le logement jusqu’à la participation politique et l’administration équitable de la justice. Elle affirme que ces droits sont le bien commun de tous, en tout lieu et sans discrimination.

Aujourd’hui, dans les rues de nos villes, on demande que les gouvernements et les institutions internationales satisfassent à cette promesse, et ces demandes se déversent en direct à travers l’internet et les médias sociaux.  Il n’est simplement plus possible de les ignorer.

Bien plutôt, les gouvernements et les institutions internationales doivent s’en inspirer en infléchissant radicalement leur politique dans le sens d’une solide intégration des droits de l’homme dans l’économie et la coopération pour le développement, et en adoptant une législation fondée sur les droits de l’homme comme base de leur gouvernance interne et comme source d’une politique cohérente dans l’ensemble du système international. Tel est notre mandat pour le nouveau millénaire. Tel est l’impératif de Tunis.

Publié dans Démocratie, Droits de l'homme | Laisser un commentaire